Comment éviter les arnaques sur Leboncoin, Facebook marketplace ou Paruvendu ?

La vente entre particuliers est une opportunité à tous points de vue.
D’abord pour votre porte-monnaie, car elle offre une opportunité de compléter ses revenus ou de réaliser de bonnes affaires.
Ensuite, elle participe également à la transition écologique nécessaire à notre planète. Donner une seconde vie aux objets, c’est l’assurance de contribuer à un mode consommation raisonné et responsable.
Or, l’acte de vente ou d’achat entre particuliers est bien souvent freiné par le manque de confiance en son interlocuteur, ainsi que par un manque de connaissances envers les différentes plateformes ou moyens de paiement de petites annonces.
Tout simplement encore, on peut être freiné par un manque de simplicité dans la démarche.
Ces freins sont légitimes car les arnaques en relation avec les petites annonces n’ont jamais été aussi présentes et sophistiquées qu’aujourd’hui, n’ayant de limites que l’imagination fertile des escrocs.
Personne n’est à l’abri d’une mauvaise expérience, et c’est pourquoi il est important d’être conscient des risques et averti des pratiques les plus courantes afin d’éviter de tomber dans des pièges facilement évitables.

Pour réaliser de bonnes affaires, il faut simplement rester vigilant et adopter les bons réflexes afin d’éviter de tomber dans une arnaque.

Nous allons vous donner ici quelques bonnes pratiques à respecter ainsi que des exemples classiques d’arnaques se déroulant sur leboncoin ou d’autres sites de petites annonces.

Quelles sont les arnaques courantes lors de la vente à distance ?

1- L’arnaque via Paypal

PayPal est un service de paiement historique bien connu et largement utilisé dans le monde, évitant de donner son numéro de carte de crédit directement à son vendeur. Au delà de ne pas être conçu pour être idéal dans le cadre d’une vente entre particuliers puisqu’il ne sert pas de tiers de confiance et n’assure pas une interface impartiale entre les parties, ce service est surtout victime de sa notoriété et se trouve être bien souvent utilisé frauduleusement.

Bien entendu, le service de paiement Paypal en lui même n’est pas utilisé directement par les arnaqueurs. Il s’agit ici d’utiliser par phishing le logo Paypal pour instaurer la confiance envers le vendeur.

Le vendeur sera ici contacté par mail ou sms par son acheteur puis, la vente se précisant, l’acheteur proposera un paiement PayPal contre un envoi du colis. Une fois le paiement “effectué” le vendeur recevra un mail provenant soi-disant de Paypal l’informant que son compte a bien été crédité et qu’il peut d’ores et déjà envoyer son colis.

C’est ici qu’il faut être vigilant et averti. PayPal n’envoie jamais de mail tel que ceux-ci. D’où viennent-ils ? Ces personnes peu scrupuleuses qui pratiquent les arnaques aux petites annonces créent de fausses adresses contenant le nom PayPal. Il ne s’agit évidemment pas d’adresses officielles mais bien d’adresses frauduleuses de type contact@pay-pal-info.fr ou paypal@pay.frCes exemples ne sont pas exhaustifs, l’imagination des arnaqueurs est toujours en éveil.

Il faut simplement garder en mémoire qu’un mail provenant de PayPal sera toujours adressé depuis un nom de domaine @paypal.fr ou @paypal.com. Ainsi, même si le nom de l’expéditeur contient Paypal, prenez le temps de toujours vérifier l’adresse d’expédition. Il arrive souvent que vous receviez ce mail alors même que vous n’avez pas de compte ! Soyez donc vigilants et ne répondez plus à ces sollicitations intempestives.

2- L’arnaque via le virement frauduleux

Dans cette configuration d’arnaques, qui touche les vendeurs, tout peut paraître légitime jusqu’à ce que l’argent pourtant arrivé sur votre compte disparaisse comme par magie.
Voici l’explication :
Votre acheteur vous fait parvenir un virement directement sur votre compte en banque. Une fois que vous avez vérifié la réception de ces fonds, vous envoyez votre colis en toute confiance.
Après tout, l’argent est sur votre compte, votre acheteur a donc rempli sa part du contrat !

Il existe alors plusieurs cas :

  • Le virement que vous avez reçu et vu de vos yeux sur votre compte provenait en réalité de l’international (hors zone euro), où les délais d’annulation sont bien plus longs que ceux pratiqués en Europe, laissant à l’acheteur malhonnête le temps de l’annuler après que vous ayez de votre côté expédié l’objet.
  • Le virement que vous avez reçu n’en était pas un. Ceci mérite quelques explications. Vous constatez que la somme est bien arrivée sur votre compte et ne regardez pas en détail d’où elle provient. Or, il s’avère en fait que ce versement n’a pas été réalisé par virement comme prétendu mais bien par chèque, directement déposé sur votre compte par votre acheteur à l’aide des informations contenues sur votre RIB. Bien entendu, ce chèque était sans doute faux, sans provision ou encore émis d’un compte clôturé. La banque met alors quelques jours ou semaines pour se rendre compte que les fonds ne sont pas disponibles et procède à l’annulation du dépôt. Vous aurez dans l’intervalle très probablement expédié votre objet…
  • Une dernière arnaque en cours avec les virements est le cas d’un acheteur qui va se “tromper” dans le montant envoyé, il aura viré 400 au lieu de 200 et vous demande donc de lui faire un virement du trop versé en retour. Pas de problème, vous êtes honnête et rendez l’argent à votre acheteur (en plus de lui avoir envoyé le colis !). Seul hic, le versement initial était frauduleux, sans provision ou faux chèque. Conséquence ? La banque récupère le montant directement sur votre compte, sans vous laisser aucun recours, et vous avez de votre côté fait un virement avec vos propres deniers et envoyé votre objet !

3- L’arnaque via le mandat Western Union

Western Union ne jouit pas d’une bonne réputation lorsqu’il s’agit d’achats entre particuliers. De fait, il est le moyen favori pour effectuer des arnaques. Il en existe plusieurs, et en voici un exemple.

Votre vendeur vous demande de le payer en mandat-cash pour plus de facilité et vous certifie qu’il vous enverra le colis une fois la preuve de paiement reçue.

Vous allez donc mettre en place ce mandat-cash sans préciser qu’il a pour but de réaliser un achat, car votre vendeur vous a expliqué que les frais dudit mandat étaient plus élevés en cas d’utilisation pour de l’achat/vente, et qu’il valait mieux le faire en tant que paiement à un membre de la famille ou un ami. En réalité, le vendeur cherche aussi à éviter que les employés de Western Union vous préviennent qu’il puisse s’agir d’une arnaque.

Une fois le mandat-cash effectué vous recevez de Western Union un numéro à transmettre à votre vendeur lors de la réception du colis pour qu’il puisse être payé. Or, avant envoi, celui-ci vous transmet un lien vers un site sur lequel vous renseignerez votre numéro de mandat-cash pour qu’il puisse avoir la preuve que vous êtes de bonne foi et ainsi vous envoyer le colis.

Ce site est en fait un faux qui collectera votre numéro de mandat-cash directement pour votre arnaqueur-vendeur. Celui-ci pourra alors encaisser votre argent et bien évidemment ne pas prendre la peine de vous envoyer quoi que ce soit.

Il existe bien entendu de nombreuses autres arnaques lors de la vente à distance sur les sites de petites annonces mais vous avez ci-dessus les exemples les plus fréquents.

Nous allons maintenant aborder les risques qui peuvent se présenter à vous lors d’une ventes en main propre.

Quelles sont les arnaques courantes lors de la vente en main propre ?

Les billets de banque

Premièrement, n’oubliez pas que les achats en espèces aux professionnels sont limités à 1000€ par décret (décret n° 2015-741 du 24 juin 2015). Cela a pour but de limiter le blanchiment d’argent mais a aussi pour but de vous protéger contre de faux billets. Ce plafond était auparavant de 3000€.

Pour information, le nombre de faux billets retirés de la circulation en 2017 était de près de 700 000 billets. Les coupures les plus fréquentes sont les billets de 20€ et de 50€ représentant 85% des billets saisis.

Pour les échanges entre particuliers il n’existe pas de plafond mais il est conseillé d’obtenir un écrit pour tout versement supérieur à 1500€ afin d’éviter d’éventuels litiges. Par ailleurs, le danger d’une agression ou d’un racket est bien sûr existant, et augmente avec l’importance de la somme en jeu.

Imaginez-vous vous rendre à votre vente pour acheter une nouvelle voiture avec un prix ou une partie du prix en espèces. Les sommes peuvent vite devenir importantes. Si vous tombez sur votre vendeur venu accompagné “d’amis” qui vous somment de leur donner votre argent, il y a de fortes chance que vous cédiez sous la menace, et repartiez ainsi sans nouvelles voitures et les poches vides.

Plus généralement, et quel que soit le moyen de paiement, nous ne pouvons que vous recommander de privilégier les lieux publics avec du passage pour votre rencontre lors d’une vente en main propre.

Les chèques de banque certifiés

Un autre usage très répandu est celui des faux chèques de banque.
Le chèque de banque certifié est un chèque émis directement par la banque de votre vendeur qui a l’avantage de vous garantir que celui-ci dispose des fonds nécessaires à l’achat. Cependant, ce chèque de banque devra être vérifié par vos soins. Bien entendu, ceci ne peut se faire que lors d’un jour et à une heure d’ouverture de la banque. Il arrive bien trop souvent que celui-ci soit un faux, par exemple une copie d’un chèque de banque d’un précédent acheteur avec qui votre vendeur aura eu affaire, ou modifié d’un seul chiffre dans le numéro du chèque.
Les combines sont très nombreuses, d’où l’importance de s’en méfier et de procéder à une vérification approfondie auprès de la banque émettrice :

  • le montant pour lequel le chèque a été émis
  • le numéro du chèque, chiffre par chiffre,
  • le nom et l’orthographe du porteur (à comparer avec sa carte d’identité)

Les chèques

Concernant les chèques classiques, ceux-ci peuvent avoir été volés ou encore provenir d’un compte clôturé. La banque mettra quelques jours voir semaines à s’en rendre compte et annuler le paiement, et vous aurez bien entendu déjà procédé à l’échange.

Il sera alors trop tard pour vous retourner contre votre acheteur qui ne répondra plus aux mails ou aux contacts téléphoniques, et il ne vous restera plus qu’à aller porter plainte contre X à votre poste de police ou gendarmerie locale.

Il n’existe pas de statistiques officielles des banques concernant les faux chèques ou chèques volés mais toutes reconnaissent qu’il y en a beaucoup. La vigilance est donc de mise !

Et les les bonnes pratiques à adopter lors d’un échange entre particuliers ?

Dans l’ensemble, et sans devenir paranoïaque pour autant, restez méfiant et analytique devant la proposition qui vous est faite, en respectant une règle d’Or :

Attention à la TROP bonne affaire ainsi qu’au vendeur ou à l’acheteur un peu trop arrangeant !

Si l’on vous propose un article 50% moins cher que le marché habituel que vous avez constaté, la chance ne joue probablement pas en votre faveur et il ’est en réalité très probable que l’annonce cache quelque chose de peu recommandable.
Également, un acheteur qui vous déclare dès le premier échange par mail vouloir votre bien sans hésitation doit éveiller vos soupçons.

Plus spécifiquement, nous ne pouvons que vous conseiller de ne pas donner suite lorsque l’un des cas suivant se présente :

  • lorsque vous recevez un sms vous demandant de répondre par mail à une adresse communiquée via le dit sms,
  • lorsque vous constatez énormément de fautes d’orthographe dans vos échanges,
  • lorsqu’il n’est pas possible d’avoir l’acheteur au téléphone,
  • si le mail est suspect et peu cordial,
  • si on vous propose un supplément pour réserver l’objet ou un autre supplément pour l’envoi.

A l’inverse, voici quelques bonnes pratiques simples à mettre en place et à appliquer lors de chaque transaction :

  • se rencontrer dans un lieu public,
  • demander le numéro de téléphone de votre interlocuteur,
  • vérifier l’identité de votre acheteur/vendeur,
  • ne pas donner suite à un vendeur refusant de vous envoyer une photo récente de l’objet en vente,
  • n’envoyez jamais votre objet avant d’avoir reçu un paiement (et encaissé l’éventuel chèque reçu)

Mais surtout, utilisez un service de sécurisation comme UDeal qui permet un paiement de tous les biens d’occasion sans aucun tracas.
En effet, l’identité de chaque utilisateur est vérifiée et validée à l’inscription.
Par ailleurs, vous avez la certitude que votre acheteur dispose des fonds puisqu’il lui est impossible de rejoindre ou de participer à un deal si son portefeuille UDeal n’est pas suffisamment approvisionné.
UDeal ne facture aucun coût d’inscription, ni d’approvisionnement ou de retrait, et se rémunère uniquement lorsque la vente a été validée d’une commission limitée à 5% du prix avec un maximum de 29€.
Les frais sont alors prélevés directement au vendeur, ce dernier touchant un prix net.

Le bonus ? Tous les échanges en dessous de 50€ sont complètement gratuits !

N’attendez plus et inscrivez vous gratuitement sur www.udeal.fr pour assouvir vos envies en sécurisant tous vos échanges entre particuliers en main propre, et très prochainement à distance !

PS : N’hésitez pas à témoigner en commentaires, nous ne manquerons pas d’ajouter à notre guide les arnaques les plus fréquentes.

Posts created 12

One thought on “Comment éviter les arnaques sur Leboncoin, Facebook marketplace ou Paruvendu ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

Begin typing your search term above and press enter to search. Press ESC to cancel.

Back To Top